Osons voir le monde tel qu'il est.

La France vacille : Macron face à une Europe en mutation

La France, déjà secouée par des crises économiques et sociales, fait face à une nouvelle onde de choc politique. Le paysage politique européen s’apprête à être redessiné par une montée en flèche des extrêmes, avec le raz-de-marée bleu marine et la poussée du rouge foncé qui s’annoncent dominants dans la prochaine législature du Parlement européen.

Pour les pays membres de l’Union européenne, ces élections européennes représentent bien plus qu’un simple exercice démocratique. Elles sont un véritable baromètre de l’humeur électorale. Alors que certains systèmes politiques, comme celui de la Belgique, peuvent masquer une défaite cuisante d’un parti, le système français, lui, expose sans détour la déroute de la majorité présidentielle. Emmanuel Macron, le visage du parti centriste Renaissance, est ainsi confronté à une humiliation politique retentissante.

Les extrêmes en force

Les résultats sont sans appel : les deux extrêmes politiques, la droite radicale et la gauche radicale, recueillent ensemble 50 % des suffrages. Face à cette débâcle, Macron décide de jouer son va-tout. Il annonce la dissolution de l’Assemblée nationale et la tenue d’élections législatives anticipées les 30 juin et 7 juillet 2024, appelant cela un “retour au peuple souverain”.

Un retour aux urnes

La montée en puissance de l’extrême droite, symbolisée par le Rassemblement National (RN) de Jordan Bardella, reflète une France profondément divisée. Bardella, lui-même issu d’un croisement d’immigrés italiens et algériens, incarne un paradoxe : il omet soigneusement de mentionner ses origines algériennes tout en prônant des politiques d’expulsion strictes contre les Algériens en situation irrégulière.

La droite traditionnelle désavouée

Pour Macron, la droite traditionnelle a trahi les idéaux de De Gaulle, de Chirac et de Sarkozy en voulant coaliser avec le RN. Quant à la gauche radicale, elle diverge sur des dossiers cruciaux tels que l’Ukraine et la Palestine.

La République et les religions

Macron insiste sur le respect de toutes les religions et croyances, tout en dénonçant celles qui, selon lui, cherchent à surpasser la République, une critique voilée à l’égard de l’Islam. Pourtant, il omet de mentionner la présence de tribunaux rabbiniques en France et un Parlement juif européen au sein même du Parlement européen à Bruxelles, un sujet délicat et souvent évité dans les discours officiels.

La France, l’Europe et l’OTAN

Le Président français défend une France et une Europe plus fortes, mais subordonnées aux États-Unis. Ses récentes apparitions publiques avec Ursula von der Leyen, notamment lors de voyages officiels en Chine, ont terni l’image de la France souveraine, perçue comme affaiblie et dépendante de la présidente de la Commission européenne. Cette dernière est elle-même discréditée par des scandales de corruption présumés impliquant son mari.

Une France sous les regards inquiets

Le monde, et particulièrement l’Afrique et le Maghreb, observe avec inquiétude la situation en France. L’Algérie, notamment, entretient des relations économiques étroites avec la France qui abrite la plus grande diaspora algérienne. Le futur politique de la France ne concerne pas uniquement ses citoyens, mais résonne bien au-delà de ses frontières, affectant ses alliances et son influence sur la scène internationale.

Alors que la France se prépare à un nouveau scrutin, la question reste de savoir si elle sait retrouver son équilibre ou si elle continue à vaciller sous les assauts de ses propres contradictions et divisions internes.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *